Retour à l'accueil de la mission PATSTEC

PRÉSERVER
SAUVEGARDER
VALORISER

Mission nationale de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain

Retour à l'accueil de la mission PATSTEC
Ouvrir le menu

Parcours de chercheurs

Les parcours présentés sont des histoires de recherche de scientifiques dans différents domaines (santé, végétal, électronique, droit...). Des vidéos, des textes, des photos d'instruments illustrent l'évolution de la carrière du chercheur et de ses activités.
Chaque parcours de recherche est constitué de plusieurs étapes. Elles correspondent à des périodes jalonnées par des événements qui ont marqué la vie professionnelle de ces enseignants-chercheurs.

Le professeur Jean-Pierre Benoit, praticien hospitalier en pharmacologie au CHU d’Angers, est responsable d’une équipe de recherche associée à l’INSERM travaillant sur la vectorisation de protéines neurotropiques. Ses recherches sur la microencapsulation l’ont conduit à créer en 1992 un CRITT devenu la Société Mainelab.

Consulter le parcours >
Spécialiste des écoulements turbulents et des mélanges, Henri - Claude Boisson a mené toute sa carrière à l'Institut de Mécanique des Fluides de Toulouse. Ses recherches se sont développées en aéro et hydrodynamique. Il se consacre, à la mesure, la visualisation et la modélisation numérique. Enrichi par ses recherches fondamentales sur la turbulence et la rhéologie, il oriente une partie de ses activités vers des applications industrielles. Il instaure, notamment, des collaborations en génie des procédés. Responsable de janvier 1996 à mai 2003 du groupe "Ecoulements Monophasiques Transitionnels et Turbulents ", il devient directeur adjoint de l’Institut à partir de février 2004. Soucieux de susciter l’intérêt de la jeunesse et du grand public pour les sciences, il œuvre pour la promotion de portes ouvertes animées dans les laboratoires et de nombreuses actions de communication.

Consulter le parcours >
Louis Bolliet, Ingénieur IEG (Institut Electrotechnique de Grenoble) de l'Institut Polytechnique de Grenoble, est contacté en 1956 par le Professeur Jean Kuntzmann pour un emploi d'ingénieur dans la perspective de l'installation d'un calculateur électronique digital. En 1961, Jean Kuntzmann confie à Louis Bolliet le soin de créer une équipe de recherche sur la compilation des langages de programmation de haut niveau. Professeur en 1970, Louis Bolliet est à l'origine de plusieurs coopérations réussies avec le monde industriel. En 1988, il contribue à l'organisation du premier Colloque sur l'histoire de l'informatique en France.

Consulter le parcours >
Le professeur Jean-Claude Brosse a consacré la plus grande partie de sa carrière à l’étude des polymères et du caoutchouc naturel à l’Université du Mans. Ses recherches l’ont conduit avec son équipe, à inventer un procédé pré-industriel, puis industriel de production de caoutchouc naturel liquide.Consultant en développement industriel pour l’ONU, il participe dans les années 80 à la mise en œuvre d’un procédé pilote destiné au traitement du latex en Côte d’Ivoire.

Consulter le parcours >
Michel Bruneau est à l'origine, au début des années 80, de la création au Mans du laboratoire d'acoustique de l'Université du Maine, associé au CNRS. Spécialiste en acoustique, ses travaux de recherche ont porté principalement sur le domaine de l'électroacoustique. Michel Bruneau a notamment développé le gyromètre acoustique ce qui lui a permis de mener des recherches très spécialisées sur les phénomènes qui régissent les mouvements acoustiques. En 2000, il s'est vu remettre la médaille d'argent du CNRS.

Consulter le parcours >
Jean-François Chatal est professeur des universités et praticien hospitalier en médecine nucléaire au centre Régional de lutte contre le cancer, Centre René Gauducheau à Nantes. Son double cursus en médecine et physique nucléaire lui a permis de s'intéresser aux applications diagnostiques puis thérapeutiques de techniques liées à l'utilisation d'isotopes radioactifs. La découverte des anticorps monoclonaux au milieu des années 1970 a permis à son équipe de disposer de nouveaux vecteurs pour porter la radioactivité au plus près de la cible tumorale, au départ pour la visualiser, aujourd'hui pour la traiter. Il est maintenant spécialiste de l'alpha-immunothérapie.

Consulter le parcours >
Professeur émérite de l'Université Paul Sabatier et ancien directeur adjoint du Laboratoire d'aérologie de l'Observatoire Midi-Pyrénées, Serge Chauzy a étudié les phénomènes liés à l'électrisation des nuages d'orage grâce, notamment, à de nombreuses campagnes de terrain en France, en Afrique et aux Etats-Unis. Le groupe de recherche auquel il appartient mène actuellement, dans le cadre d'un projet européen, une étude des " sprites ", " jets " et "elves" : des décharges électriques récemment découvertes qui se produisent entre les sommets des orages et l'ionosphère. Soucieux de transmettre tout le savoir qu'il a accumulé pendant sa carrière, il est membre de l'association " Les étoiles brillent pour tous " qui organisent des conférences scientifiques dans les lieux fermés comme les hôpitaux, les maisons de retraite ou les prisons. Par ailleurs, en tant que mélomane averti, il participe avec le service Culture de l'Université Paul Sabatier à la présentation auprès des étudiants des productions musicales et lyriques du Théâtre et de l'Orchestre du Capitole de Toulouse.

Consulter le parcours >
Le professeur Axel de Kersaint Gilly est neuroradiologue à l'Université de Nantes. En 1979, grâce à l'acquisition de l'un des premiers scanners au CHU de Nantes, il crée une unité de neuroradiologie diagnostique et thérapeutique. L'évolution de l'imagerie médicale et son expérience de praticien lui permettent d'améliorer le traitement des malformations cérébrales : angiomes ou anévrismes.

Consulter le parcours >
Chercheur à IFREMER depuis le milieu des années 1970, Daniel Desbruyères a notamment effectué des plongées avec les submersibles Nautile et Cyana pour observer et étudier le benthos des fonds marins. Suite à la découverte en 1977 des sources hydrothermales des milieux marins profonds et de la vie originale qui s’y développe, Daniel Desbruyères participe à la création à IFREMER de nouveaux laboratoires de recherche dédiés à l’utilisation d’enzymes résistantes à de très hautes températures.

Consulter le parcours >
Denis Escande est professeur de physiologie à l’Université de Nantes depuis 1994. Il y crée et dirige le Laboratoire de physiopathologie et pharmacologie cellulaires et moléculaires, unité associée à l’INSERM. Au CHU, il est chef de service des Explorations fonctionnelles. Spécialiste en électrophysiologie cellulaire cardiaque, il décrit les canaux ioniques du cœur humain et travaille aujourd’hui sur les maladies génétiques rares. Avant de s’installer à Nantes, Denis Escande fait ses études à Strasbourg puis à Paris. Il a une expérience industrielle de 4 ans chez Rhône-Poulenc Rorer, devenu Aventis et a été professeur à l’Université d’Orsay en 1991.En 2002, il s’est vu remettre le Grand Prix de Cardiologie de l’Académie des sciences.

Consulter le parcours >
Josiane Fontaine-Pérus est responsable, à l'UFR des Sciences de Nantes, du Laboratoire de recherche en embryologie, associé au CNRS. Passionnée par l'étude du développement de l'embryon depuis sa rencontre avec Nicole Le Douarin, Josiane Fontaine-Pérus a mené à partir de 1968 des recherches sur l'origine de la différenciation des cellules endocrines, notamment grâce à la technique du chimérisme, puis ses recherches se sont orientées vers l'étude des mécanismes qui régulent la différenciation des muscles squelettiques. Aujourd'hui, Josiane Fontaine-Pérus s'intéresse aux cellules souches myogéniques, qui possèdent la faculté d'assurer la croissance et la restauration du muscle.



Consulter le parcours >
Directeur de recherche CNRS émérite au Laboratoire d'Analyses et d'Architecture des Systèmes (LAAS), le roboticien Georges GIRALT a débuté sa carrière par des recherches en électronique des semi-conducteurs avant de s’orienter vers la théorie des systèmes et l'automatique. Il lance en 1976 un projet de robot mobile autonome nommé Hilare, initiant ainsi la notion d'intelligence appliquée à une machine. Plus tard, il crée un groupe Robotique et Intelligence Artificielle au LAAS, puis assure la direction du programme nationale ARA " Automatisation et Robotique Avancée " puis la présidence du groupement RISP " Robot d'Intervention sur Site Planétaire ". Véritable pionnier et expert en robotique, Georges GIRALT s’est investi dans la problématique des robots d’assistance capables d’interagir dans un environnement humain.

Consulter le parcours >
Alain Gorgues est professeur de chimie à l’Université d’Angers depuis 1983. Il y a dirigé le laboratoire « Ingénierie moléculaire et matériaux organiques », associé au CNRS.Très tôt attiré par la chimie organique, il débute sa carrière à Rennes puis il est nommé à Angers. Ses travaux portent notamment sur des études fondamentales et finalisées de matériaux organiques moléculaires ou polymères à propriétés électroniques spécifiques. De 1994 à 2002, il assure la fonction de Vice-président à la recherche de l’Université d’Angers.

Consulter le parcours >
Professeur émérite de l'Université Paul Sabatier, le chimiste organicien Armand Lattes a consacré ses recherches à la synthèse organique de composés azotés, à la photochimie, et à l'étude des systèmes moléculaires organisés. Ses fonctions administratives ont été nombreuses, il a été, notamment, directeur de l'Ecole Nationale Supérieure de Chimie de Toulouse, directeur d'Unités Mixtes de Recherche, et président du Comité de Récupération Assistée du Pétrole à la Direction Générale de la Recherche Scientifique et Technique. Soucieux de défendre une chimie propre, il appartient au Comité de la Prévention et de la Précaution du Ministère de l'écologie et du développement durable ; et, il a présidé le comité Environment and Earth de l'OTAN. Par ailleurs, élu à la Présidence de la Société Française de Chimie, il est à l'origine du rassemblement de l'ensemble des chimistes dans le cadre de la Fédération Française des chimistes.

Consulter le parcours >
René Le Doeuff est directeur du département Génie électrique de l'Ecole polytechnique de l'Université de Nantes. Après une formation d'ingénieur, il a effectué ses premières recherches en électronique de puissance à Nancy et à Alger. Ses thèmes de recherche concernent les convertisseurs statiques, les perturbations de réseaux et la commande de machines tournantes. Ces thèmes de recherche lui ont permis, dans le contexte régional de construction navale, de développer des applications innovantes dans le domaine du génie électrique, lorsqu'il devient, en 1991, directeur scientifique et pédagogique de l'Ecole d'ingénieurs ESA-IGELEC.

Consulter le parcours >
Yves Lespinasse est directeur de l'unité d'amélioration des espèces fruitières et ornementales au Centre INRA d'Angers. Il s'est intéressé depuis le début de sa carrière à l'amélioration des espèces fruitières, et plus particulièrement à celle du pommier. Ses recherches portent sur l'étude de la génétique de cet arbre, l'étude des interactions entre l'hôte et ses principaux parasites et ravageurs, ainsi que sur l'amélioration de la résistance du pommier à ces pathogènes afin de développer la qualité des fruits et de diminuer la pression pesticide.

Consulter le parcours >
André Lucas est professeur de droit à l'université de Nantes depuis 1984. Ses travaux de recherche en ont fait un pionnier du droit de l'informatique. Il s'est ensuite orienté vers la propriété intellectuelle et notamment le droit d'auteurs. Il a publié en 1994, un Traité de la propriété littéraire et artistique, qui fait autorité en la matière. Depuis le développement rapide des technologies de l'information et de la communication, puis l'arrivée du réseau Internet, ses recherches trouvent des terrains d'application extrêmement nombreux. André Lucas exerce des activités d'expert au niveau international auprès de l'Union Européenne, auprès de l'UNESCO et de l'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle.

Consulter le parcours >
Professeur de Géographie à l’université de Toulouse-le Mirail et chercheur au Centre Interdisciplinaire d’Etudes Urbaines, Robert Marconis est issu de l’Ecole Normale d’instituteurs de Toulouse et de Montpellier. Agrégé en 1968, il débute sa carrière comme assistant à l’université de Toulouse et devient docteur d’Etat en 1984. Ses domaines de recherche portent essentiellement sur la géographie des transports mais également sur les rapports entre espace et sociétés, notamment sur les reconfigurations urbaines, en particulier sur Toulouse. Avec plus d’une centaine d’articles scientifiques, et de nombreux ouvrages grand public sur la géographie, les transports et l’histoire de la région Midi-Pyrénées, Robert Marconis s’implique également désormais dans les instances sociopolitiques régionales.

Consulter le parcours >
Les professeurs Maryvonne Martin, physicienne, et Gérard-Jean Martin, chimiste, sont parmi les premiers chercheurs français à avoir, dans les années 1960, utilisé et valorisé la Résonance Magnétique Nucléaire. En 1980, ils parviennent, par analyse des isotopes, à déterminer l’origine du sucre contenu dans les alcools. Cette découverte les conduira à créer en 1987 l’entreprise Eurofins.

Consulter le parcours >
Francis Quéméneur est professeur de Génie chimique / Génie des procédés au laboratoire GEPEA associé au CNRS et implanté à Nantes St Nazaire. Après avoir travaillé à l’Université de Rennes, il intègre le département de génie chimique de l’IUT de Saint-Nazaire dès la création de celui-ci en 1971. Il participe à son développement en devenant responsable du département en 1974. Il crée et dirige quelques années plus tard, en 1987, le laboratoire de Génie des procédés qui changera d’appellation au milieu des années 90 pour devenir le GEPEA. Spécialisé dans un premier temps dans l’étude de l'influence de la nature des solvants sur la vitesse de différentes réactions, Francis Quéméneur oriente sa recherche, à la fin des années 70, vers les procédés de séparation à membranes. Il développe des applications de ces procédés dans deux domaines : la dépollution des eaux et la valorisation de produits issus du milieu maritime.

Consulter le parcours >
Régine Samson est phytobactériologiste et chercheur à l’INRA depuis le milieu des années 60. Elle découvre de nouvelles techniques sérologiques pour l’identification du feu bactérien qui se répand en France à partir de 1972. Responsable depuis 1995 du secteur Pathologie des semences l’INRA d’Angers, elle mène de nombreuses actions de formation dans le Grand-Ouest français, à Cuba, en Tunisie, au Vietnam et au Brésil.

Consulter le parcours >
Jean-Paul Soulillou est professeur à l’Université de Nantes et chef de service au CHU de Nantes. Sa spécialité est l’immunologie clinique. Après un bac de philosophie, il fait des études de médecine à Bordeaux. Il est ensuite interne en néphrologie à Nantes où il soutient une thèse de médecine sur l’hypertrophie rénale compensatrice. Après un stage de recherche sur la transplantation rénale à Harvard, il revient à Nantes où il crée et dirige successivement deux Unités de recherche associées à l’INSERM. Auteur ou co-auteur de plus de 500 publications internationales, Jean-Paul Soulillou a présidé le Conseil médical et scientifique de l’établissement français des greffes et à partir de 2002, il est membre Senior de l’Institut universitaire de France.

Consulter le parcours >
Professeur d'astrophysique de classe exceptionnelle à l'université Paul Sabatier, Sylvie Vauclair a débuté sa carrière à la faculté des Sciences de Paris. Nommée professeur à l'université de Toulouse dès 1981, elle mène en parallèle travaux de recherche, enseignement, encadrement de doctorants, mais également de très nombreuses opérations de communications scientifiques auprès du grand public. Spécialiste de la formation et de l'évolution des éléments chimiques dans l'Univers, elle s'intéresse en particulier aux phénomènes des oscillations du soleil et des étoiles ainsi qu'aux exoplanètes. Elle participe à la mission spatiale CoRoT. Avec plus de 150 articles scientifiques et de nombreuses actions de vulgarisation, Sylvie Vauclair cumule les prix et distinctions.

Consulter le parcours >
Patrimoine Scientifique et Technique Contemporain
Mission nationale de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain
Ministère de la Recherche CNAM Université de Nantes
Fermer

Rechercher objet

Rechercher des objets inventoriés

FILTRES OPTIONNELS

Réseaux Sociaux